RĂ©alisation
du groupe scolaire Théophane Vénard
Nantes

JP Gallerand

Site SVT 44

 

Net d'or Ă  l'Ă©cole 2000

Navigation

Accueil
Plan du site
Rechercher dans le site
Nous Ă©crire
Livre d'or
Forum

Nous

Nos récompenses
On parle
de notre site
On nous encourage
Nos partenaires
Nos invités
Objectifs du site

PRESTIGE

Informations
Photos et reportages
Environnement et politique
Vos réalisations
Vos informations
Infos presse
Vos commentaires
  Liens

ERIKA

Le procès
Infos scientifiques
RĂ©ponses aux questions
Le traitement des déchets (Total)
Infos IFREMER
Interviews
EnquĂŞtes
Photos (+ 300)
Notre chanson 
Nos dessins
Nos poèmes
Nos jeux
Liens
Le petit vénard
Rions noir
Vos témoignages
Vos productions
Aidez les associations

Autres pollutions

Macrodéchets sur les plages
Macrodéchets en mer
Nous sommes tous des pollueurs
Autres pollutions
AMOCO CADIZ
IEVOLISUN

Les autres projets "environnement" du collège


Écrire Ă  
JP GALLERAND coordinateur du projet
 et  webmaster

Mentions légales

 

 

TĂ©moignage

 

Au moment de l’accident de l’Amoco Cadiz, j’étais adjoint au maire de la ville de Brest et expert europĂ©en pour l’instrumentation ocĂ©anologique  et la mĂ©tĂ©orologie marine. (Action COST 43)

Ces deux fonctions m’avaient amené, à l’époque, à intervenir dans le processus de création de l’Association des maires des communes de la Côte Nord de la Bretagne touchées par la marée noire.

J’avais aussi été à l’initiative d’un colloque qui s’est tenu à Brest les 28, 29 et 30 mars 1979, un an après cette catastrophe.

C’est à partir de cette expérience politico-scientifique que j’ai été amené à me faire une idée précise sur la méthode qui doit présider à la définition d’une politique de l’environnement. Le résultat général auquel j’arrivai est que le bon sens ne suffit pas toujours pour traiter des problèmes d’environnement. Sur les questions difficiles telle que la pollution des mers par les hydrocarbures, il faut consulter l’ensemble de la communauté scientifique internationale. Or, le 12 décembre 1999, des tempêtes exceptionnelles ont provoqué des dégâts importants dans notre environnement naturel (les forêts) ou technique (les lignes à haute tension) et provoqué l’accident de l’Erika. L’émotion dans l’opinion publique française m’a rappelé ce que nous avions vécu à Brest en 1978. J’ai été frappé par la similitude des slogans scandés par la foule à Brest après l’Amoco Cadiz et à Nantes après l’Erika: «Plus jamais ça !» disait-on déjà.

Or, le 5 fĂ©vrier, j’ai eu l’occasion de rencontrer Jean Marc Ayrault, dĂ©putĂ©-maire de Nantes et PrĂ©sident du groupe socialiste Ă  l’A.N. Nous sommes tombĂ©s d’accord sur ce point essentiel : «pour qu’il y ait avancĂ©e de la SociĂ©tĂ©, il faut que les politiques puissent agir et --dans le domaine de l’Environnement qui nous intĂ©resse ici--, s’appuyer sur des avis de la communautĂ© scientifique. Il faut donc que celle-ci  puisse collectivement, et en toute indĂ©pendance, s’exprimer».

Le colloque spécialisé est la méthode, désormais classique, pour recueillir ses avis. Il faut faire oeuvre collective, contradictoire, pluridisciplinaire, internationale et de très haut niveau pour être «utiles». Etre capables d’assurer aux politiques --ceux du moins qui ont le souci de nous consulter-- que nous sommes aptes à faire le point sur l’état de la recherche, les avancées possibles dans l’immédiat et partant des études qu’il serait intéressant de susciter et de financer.

Depuis 22 ans que s’est-il donc passé ? Quelles sont les similitudes et les différences entre ces deux accidents. Le contexte juridique, économique et politique dans lequel ils se sont produits sont-ils tellement différents? Les méthodes de lutte ont-elles fait de réels progrès ? Les scénarios de simulation du déplacement et de l’impact des hydrocarbures ont-ils répondu aux attentes ? S’est-on donné les moyens de mieux s’organiser, de mieux communiquer à l’opinion publique la vérité sur ce qui est arrivé et sur ce que l’on fait pour pallier les conséquences d’un tel accident ?

v      

Pour organiser le colloque Amoco, à Brest en 1979, je m’étais appuyé sur l’Union des Villes du Littoral Ouest Atlantique, structure dépendant de la Fédération mondiale des villes jumelées. Cette structure n’existe plus. Nous avons donc créé notre propre association dont le siège social a été fixé sur les conseils de Jean Marc Ayrault à la Maison de l’Environnement de Nantes.

 
Dès lors que le principe d’un colloque est acquis, quatre questions se posent à nous.

     1) La date. Comme pour l’Amoco Cadiz nous choisissons la date anniversaire de l’accident: les 11, 12 et 13 dĂ©cembre 2001. C’est en effet un symbole fort qui permettra d’avoir une couverture mĂ©diatique importante. A travers cette couverture mĂ©diatique, les politiques que nous voulons servir --ceux qui sont en capacitĂ© de prendre des mesures concrètes-- auront plus de facilitĂ© pour le faire.

Car ce qui est souhaitable est que tout soit fait pour que la probabilité a priori de tels accidents tende vers zéro. Ce qui ne veut pas dire naturellement que cette limite soit jamais atteinte.

Il est probable que d’autres que nous auront eu l’idée d’organiser un colloque scientifique et technique à cette date. Qu’ils adhèrent à notre association pour pouvoir en discuter de façon interne ou s’associent de façon plus souple, c’est à discuter au cas par cas. Notre souci est d’aboutir au maximum de cohérence entre les diverses initiatives, à une seule condition cependant : que ce ne soit pas au détriment du niveau de compétences et du caractère international du colloque.

     2) Le lieu. Autant que faire se peut, nous voulons symboliquement nous rapprocher de l’épicentre de l’accident. Nantes est-il trop dans les terres? Notre siège social y est domiciliĂ© Ă  la maison de l’Environnement et Le Pouliguen accepte de nous accueillir au moins les deux derniers jours et c’est dans cette rĂ©gion que la pollution a Ă©tĂ© la plus forte et le travail sur le terrain bien menĂ©.

     3) La mĂ©thode. Vingt deux ans après, l’équipe de l’Amoco Cadiz s’est retrouvĂ©e avec plaisir mais avec nombre d’annĂ©es en plus, si bien que certains d’entre nous sont en retraite ou en passe de l’être.

Mais le Président de notre conseil scientifique, Lucien Laubier, membre de l’Institut, directeur de la station marine d’Endoume (Marseille), est conscient de cette difficulté. Il a affirmé sa volonté de s’entourer de chercheurs ou d’ingénieurs confirmés mais encore en pleine activité, c’est-à-dire plus jeunes que nous. Ce conseil scientifique sera chargé d’établir le programme du colloque et d’en déduire des propositions de conférenciers.

Ce premier relais de mémoire sera prolongé par le projet de liaison internet conçu avec la Cité des Sciences et de l’Industrie de La Villette. Grâce à ce projet, c’est à des jeunes, lycéens ou étudiants, que nous transmettrons notre intérêt pour ce sujet et, pour les intéresser véritablement, nous leur donnerons un rôle actif de participants à distance au colloque.

Une autre liaison avec Martigues permettra de poser un problème qui, heureusement, est resté théorique : « si l’accident de l’Erika s’était produit en Méditerranée quelles en auraient été les conséquences?»

En outre, le CNES nous offre un canal sur le satellite du «bouquet TPS» qui permettra à quiconque adhère à notre association, particulier ou collectivité territoriale, d’assister au colloque à distance, pourvu qu’il ait une parabole classique du commerce.

Enfin, au troisième anniversaire, nous essairons de créer un CDRE européen.

4) Le sujet. Notre propos ne se limite pas à l’accident de l’Erika car, si celui-ci, comme l’avait fait l’Amoco Cadiz, a profondément touché l’opinion publique française, les problèmes de pollution marine par les hydrocarbures et autres produits dangereux sont bien plus vastes. Il faut parler des dégazages frauduleux, du stockage ou du traitement des déchets. Il faut parler de la dégradation de l’espace terrestre situé au delà de la laisse de haute mer et des moyens de reconstitution à mettre en oeuvre. Il faut parler des indemnisations, de la perte d’aménité des côtes touchées. Il faut parler de tout l’arsenal juridique du droit de la mer à connaître et à améliorer... et naturellement de l’Ievoli Sun.

Notre projet

(texte de fin septembre 2001)

 

Ce serait trop dire que de prétendre que ce projet était pensé dès le premier jour tel qu’il existe aujourd’hui.

A chaque contact que nous avons eu avec divers interlocuteurs : membres de cabinet ou de services ministĂ©riels, Ă©lus, collaborateurs d’élus, responsables de service dans les dĂ©partements, les villes et les rĂ©gions,  des idĂ©es nouvelles se sont fait jour. Après discussion entre nous (bureau et/ou conseil scientifique), nous avons inflĂ©chi le projet pour les intĂ©grer. Mais maintenant, il faut le figer.

Voici l’historique de sa genèse :

Ÿ        le 5 FĂ©vrier 2000, j’ai assistĂ© Ă  une manifestation Ă  Nantes et y ai rencontrĂ© Jean Marc Ayrault maire de cette ville.

Ÿ        le 23 Avril, le maire de Nantes m’a Ă©crit pour nous encourager Ă  organiser un colloque scientifique semblable Ă  celui de Brest de mars 1979.

Ÿ        Le 5 Juillet 2000, une dĂ©lĂ©gation de notre association a Ă©tĂ© reçue par Madame Bettina Laville du cabinet du premier ministre. Elle nous a vivement encouragĂ©s.

Ÿ        Le 9 septembre Madame Bettina Laville et M. Nicolazo nous ont reçus de nouveau. Madame Bettina Laville a confirmĂ© le soutien de Matignon.

Ÿ        Au moment du premier anniversaire de l’accident de l’Erika, le 12 dĂ©cembre 2000, nous avons lancĂ© «l’Erika-thon» pour associer toutes les collectivitĂ©s territoriales littorales Ă  notre dĂ©marche. Une somme symbolique (5centimes par habitant) leur a Ă©tĂ© demandĂ©e pour marquer concrètement leur solidaritĂ©.

Ÿ        Au deuxième anniversaire, le 12 dĂ©cembre 2001, nous tiendrons un colloque scientifique dont l’objectif est de dĂ©gager une Ă©quipe polydisciplinaire et internationale qui puisse ĂŞtre mise Ă  la disposition de tous les responsables de cĂ´tes qui pourraient ĂŞtre de nouveau touchĂ©es par de telles catastrophes.

Ÿ        Au troisième anniversaire, nous essaierons de susciter la crĂ©ation d’un CEDRE europĂ©en dĂ©gagĂ© des influences dangereuses.

Ÿ        Au quatrième anniversaire, nous dissoudrons l’association pour transfĂ©rer nos responsabiltĂ©s soit au gouvernement français (dans l’organisation actuelle, le secrĂ©tariat gĂ©nĂ©ral de la mer) soit Ă  la commission des communautĂ©s europĂ©ennes.

Ce projet peut se résumer ainsi : mobiliser la communauté scientifique internationale pour la tenir à la dispo- sition de tous les responsables politiques qui voudront la consulter.

Mais pour atteindre ce but, il faut aussi associer l’opinion publique Ă  notre entreprise et lui donner suffisamment d’informations pour que l’image qu’elle se fait du phĂ©nomène des pollutions d’origine maritime de nos cĂ´tes soit aussi proche que possible de la rĂ©alitĂ©. Par exemple, le danger que court l’écosystème en atlantique et en MĂ©diterranĂ©e n’est pas le mĂŞme. Au Danemark, en Bretagne, l’écosystème mettra peut-ĂŞtre 10 ans Ă  se reconstituer mais il le fera, si du moins le rythme des accidents est significativement ralenti. En MĂ©diterranĂ©e, en cas de catastrophe grave, il risque d’être dĂ©truit de façon irrĂ©versible.      

                                                                                                                                                   T. S. V. P.

 


En outre, il faut attirer l’attention sur  le rĂ´le Ă©minent  que nous avons donnĂ© au Conseil scientifique. Il est plus important que celui du bureau de l’Association :

    

Ÿ       Il propose le programme du colloque et les confĂ©renciers (ères)

Ÿ       Il invite les participants au colloque parmi les candidats.

Ÿ       Pendant le colloque Ă  l’aide des secrĂ©taires de sĂ©ance qu’il a dĂ©signĂ©s en son sein, il suit les dĂ©bat pour pouvoir  restituer le colloque dans une confĂ©rence de presse le vendredi Ă  15 heures.

Ÿ       Il choisit parmi les  participants au colloque une Ă©quipe de volontaires qui constitueront l’équipe d’évaluation, de conseil et d’intervention en cas de nouvelle catatrophe.

Ÿ        

Remarquons également l’effort de rajeunissement des équipes d’experts que nous tentons.

Ÿ         Le conseil scientifique lui-mĂŞme est composĂ© d’un majoritĂ© de chercheurs encore en activitĂ© c’est-Ă -dire plus jeunes que les membres du bureau.

Ÿ         Les participants invitĂ©s seront Ă©galement des chercheurs en activitĂ©

Ÿ         Enfin, les jeunes des lycĂ©es et collèges seront associĂ©s Ă  travers le satellite et le site internet. au colloque lui-mĂŞme. Concrètement, une visioconfĂ©rence organisĂ©e après chaque sĂ©ance permettra aux jeunes de poser les questions qu’ils voudront aux confĂ©renciers après avoir assistĂ© de chez eux, de leur lycĂ©e, d’une maison de l’environnement, ... au colloque pourvuqu’ils disposent simplement d’une parabole du commerce calĂ©e sur le satellite porteur du bouquet TPS.

    Nous avons constatĂ© que tous les jeunes du littoral sans exception, s’intĂ©ressent aux pollutions marines. Ils constituent une force politique et un  gage de continuitĂ© de notre action.

Le PrĂ©sident de l’association : Jacques Martinais:                                                                                                                                                          

                                                                                                                   

 
Sitemap