Réalisation
du groupe scolaire Théophane Vénard
Nantes

JP Gallerand

 

Net d'or à l'école 2000

Navigation

Accueil
Plan du site
Rechercher dans le site
Nous écrire
Livre d'or
Forum

Nous

Nos récompenses
On parle
de notre site
On nous encourage
Nos partenaires
Nos invités
Objectifs du site

PRESTIGE

Informations
Photos et reportages
Environnement et politique
Vos réalisations
Vos informations
Infos presse
Vos commentaires
  Liens

ERIKA

Le procès
Infos scientifiques
Réponses aux questions
Le traitement des déchets (Total)
Infos IFREMER
Interviews
Enquêtes
Photos (+ 300)
Notre chanson 
Nos dessins
Nos poèmes
Nos jeux
Liens
Le petit vénard
Rions noir
Vos témoignages
Vos productions
Aidez les associations

Autres pollutions

Macrodéchets sur les plages
Macrodéchets en mer
Nous sommes tous des pollueurs
Autres pollutions
AMOCO CADIZ
IEVOLISUN

Les autres projets "environnement" du collège


Écrire à 
JP GALLERAND coordinateur du projet
 et  webmaster

 

 

Ce reportage a pu être réalisé grâce à une bénévole du centre de Nantes (Mme Larguier) qui est venue faire part de son expérience dans de nombreuses classes de l'établissement.

Remarque : des photos complèteront ce reportage prochainement

O Barbaroux

 

QUELQUES CHIFFRES :

  • Entre 600 000 et 1 million  d'oiseaux touchés par la marée noire (estimation).

  • 10 000 oiseaux présents dans des centres de soins comme celui de la faune sauvage à l'école vétérinaire de Nantes.

  • On espère  sauver 3 000 oiseaux!

  • 9000 oiseaux répartis en 29 espèces ont transité par le centre de Nantes, 2000 sont morts, 5500 sont partis se faire soigner en Hollande et 700 sont restés à Nantes.

  • Au centre de Nantes : 2 responsables, 150 bénévoles par jour, 30 étudiants vétérinaires (fin d'étude), des associatifs  :Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), LA de Toulouse, etc. (beaucoup de ces personnes sont des ornithologues*)

Remarque : c'est la LPO qui est à l'origine du montage du centre pour le sauvetage des oiseaux victimes de la marée noire.

* Ornithologue ou ornithologiste : spécialiste de l'étude des oiseaux (ornithologie)

                        

LE FONCTIONNEMENT DU CENTRE DE NANTES

Deux responsables s'occupent du centre de Nantes :

  • Un responsable administratif qui gère les fonds, qui s'occupe des relations publiques (médias, Total, etc.) 

  • Un vétérinaire qui est responsable des soins, de la gestion des bénévoles et des fournitures (médicaments, seringues, poissons, literie, gants, blouses, etc.)

Au centre de Nantes les 150 bénévoles se répartissent 3 tranches horaires : 9h-14h, 14h-19h, 19h-24h pour s'occuper des oiseaux.

                                                                                                    

PARLONS D'ARGENT :

La mairie de Nantes, le Conseil général, TOTAL, des particuliers, etc. participent financièrement au fonctionnement du centre. 

Des laboratoires donnent des produits.

  

LES PRINCIPALES ESPÈCES  PRÉSENTES A NANTES :

Le guillemot de Troïl : (famille du Pingouin) 38 -45 cm

Il vit en colonie, son bec est pointu et sa tête allongée. Il se nourrit de petits poissons. C'est un migrateur partiel qui circule de la mer Baltique jusqu'en Espagne (lieu d'hivernation).
Il vole en se jetant d'une falaise, c'est un plongeur expert : il "vole" sous l'eau.

La macreuse noire : c'est un canard marin de 35 cm.

Il vole en formation serrée et reste en groupe pour plonger.
Le mâle à une tache orange sur le bec et la femelle a le corps sombre et les joues claires. C'est un migrateur qui se déplace des côtes de l'Atlantique à la mer du Nord. Il se nourrit de mollusques (moules, etc.), crustacés, poissons, etc.

L'Eider à duvet : C'est le plus grand des canards marins (entre 50 et 60cm). 

Il plonge en ouvrant les ailes. Le mâle a le dessus du corps blanc et la tête et le ventre noirs. La femelle est brune. C'est un migrateur partiel, il vole des côtes de l'Europe jusqu'à la Suisse.

  

LE PARCOURS D'UN OISEAU AU CENTRE :

1. L'arrivée

A leur arrivée les oiseaux reçoivent  divers traitements : des piqûres antibiotique (et autres médicaments), du charbon à avaler pour absorber le pétrole ingurgité  et de l'argile à avaler pour constituer un plâtrage de l'estomac et le protéger.

Les oiseaux sont ensuite répartis dans les "écuries"(réquisitionnées pour la circonstance)  ou vont à l'infirmerie pour les plus atteints.

Les "écuries" sont des enclos bâchés noires. Le contact avec l'homme est réduit au maximum, les personnes présentes dans ces locaux doivent chuchoter, éviter les gestes brusques et ne pas courir : il ne faut pas stresser l'animal ce qui pourrait lui faire perdre du poids.

 

2. La nutrition des oiseaux :

O Barbaroux

Les oiseaux sont nourris 3 fois par jour avec une bouillie de poissons et des médicaments. Il faut 4 étapes, pour les nourrir, avec du personnel spécialisé : 1 attrapeur, des porteurs, des soigneurs et des gaveurs.

L'attrapeur capture les oiseaux, cette tâche est très délicate. les porteurs les conduisent aux soigneurs et aux laveurs.

Rôle des soigneurs :

Mettre de l'antiseptique sur les palmes qui ne sont pas habituées à être toute la journée par terre (escarres), mettre de la vaseline sur les pattes et les palmes fortement endommagées par le pétrole (parfois brûlées), mettre de la pommade sur les yeux et peser l'oiseau.

Rôles des gaveurs :

Ils introduisent une sonde d'environ 30 cm par la bouche jusqu'à l'estomac. Avec une seringue on introduit la bouillie dans la sonde.
On sépare les oiseaux qui ont pris du poids et qui peuvent se nourrir seuls, des autres.

LA VIDEO

Des photos du centre de soins de Belle Ile.

3. Le lavage

On lave les oiseaux quand ils ont atteint un poids normal et qu'ils sont autonomes.

Lavage à la main : pour les gros oiseaux qui ne rentrent pas dans la machine, il dure environ 2 heures et est très stressant pour l'oiseau.

Lavage à la machine : la machine  a été imaginée par un président d'une LPO. On dépose de l'huile végétale sur la tête, le cou, l'intérieur des ailes et le croupion, de la crème sur les yeux (protection contre le détergent).

Un prélavage est effectué à la main pour la tête (qui sort de la machine) et pour enlever le plus gros du pétrole. On tapote l'oiseau dans de l'eau à 40°C pour décoller les particules de pétrole. L'oiseau est ensuite insérer dans la machine, les ailes ouvertes et les pattes fixées. Le lavage dure 3 minutes. on vérifie à la sortie si l'oiseau est bien propre, dans le cas contraire on recommence. On termine par  un rinçage à la douchette. L'oiseau est considéré comme propre quand l'eau perle sur les plumes.

Le séchage s'effectue à une température de 25°C avec un ventilateur pendant 1 heure. le lendemain, l'oiseau est mis dans un enclos à 19°C.

Remarque : l'oiseau ne doit plus être touché ensuite sous peine d'abîmer ses plumes et de devoir recommencer le lavage. En effet il possède une glande sur le dos, avec son bec il lisse ses plumes avec la secrétions produite par cette glande. ce produit imperméabilise les plumes. Sans cette protection l'oiseau ne peut pas survivre.

La piscine : après ce séchage de deux jours l'oiseau est placé dans la piscine, lieu sous la haute surveillance de 2 personnes qui observent le comportement des oiseaux. Si l'oiseau coule il est repêché et retourne au lavage (les plumes ne sont pas assez imperméables), s'il flotte il reste. On compte le nombre de poissons que les oiseaux avalent, on note l'état de leurs plumes, si les animaux plongent, etc.

Nourriture : ils sont nourris de poissons vivants.

LA VIDEO

  

LE LÂCHAGE :

Après 1 à 2 semaines en piscine,  les oiseaux sont relâchés.
Les oiseaux sont mis dans des cartons séparés et sont transportés dans les côtes d'Armor (la Manche), loin de l'Erika et de son pétrole.

LA VIDEO

 

 

 
Sitemap