Réalisation
du groupe scolaire Théophane Vénard
Nantes

JP Gallerand

Site SVT 44

 

Net d'or à l'école 2000

Navigation

Accueil
Plan du site
Rechercher dans le site
Nous écrire
Livre d'or
Forum

Nous

Nos récompenses
On parle
de notre site
On nous encourage
Nos partenaires
Nos invités
Objectifs du site

PRESTIGE

Informations
Photos et reportages
Environnement et politique
Vos réalisations
Vos informations
Infos presse
Vos commentaires
  Liens

ERIKA

Le procès
Infos scientifiques
Réponses aux questions
Le traitement des déchets (Total)
Infos IFREMER
Interviews
Enquêtes
Photos (+ 300)
Notre chanson 
Nos dessins
Nos poèmes
Nos jeux
Liens
Le petit vénard
Rions noir
Vos témoignages
Vos productions
Aidez les associations

Autres pollutions

Macrodéchets sur les plages
Macrodéchets en mer
Nous sommes tous des pollueurs
Autres pollutions
AMOCO CADIZ
IEVOLISUN

Les autres projets "environnement" du collège


Écrire à 
JP GALLERAND coordinateur du projet
 et  webmaster

Mentions légales

 

 

Journal de bord d'un militaire à Noirmoutier

Je faisais partie de l'ENSSSAT ( école nationale de spécialisation du service de santé pour l'armée de terre).

Tous ceux qui ont été nettoyer à Noirmoutier sont des bénévoles et pour la plupart des appelés. Deux régiments, un de Dax et un d'Angers et des pompiers nous ont également rejoint. Notre mission à Noirmoutier : nettoyer un bout de rocher sur une plage ( désolé mais je ne me souviens plus le  nom de cette plage ).

La manœuvre est simple : tout d’abord à la truelle,  gratter le plus gros du pétrole, ramasser des cailloux, à peu près de la grosseur de la main, couverts de pétrole et les jeter. Ensuite, creuser les abords des rochers  et les trous pour récolter l'écoulement de pétrole et poser les filtres. Les karchers font ensuite leurs travail , et quel travail, à deux sur un karcher, l'un pulvérise, l'autre le guide, lui montre les endroits à nettoyer etc....... et ils se relayent. Puis la fin du nettoyage avec : le nettoyage avec la lance à impactles filtres à ramasser et les rigoles et les trous à reboucher.

La journée commençait à 7h sur la plage jusqu'à 14 h avec une pause casse-croûte à 10/11h. Ce n'était pas si dur que ça, mais on avait l'impression de ne pas avancer, chaque matin on se disait, mais il y en a encore autant qu’hier!

Mon constat de ce nettoyage, c'est qu'on n'a rien fait!

Les consignes de nos supérieurs étaient de nettoyer en surface pour que la plage soit propre, après notre passage c'est  propre en surface, mais en dessous,  rien n'a changé (ou pratiquement rien ), si on avait du nettoyer en profondeur, on y serait encore. Il aurait fallu bouger les rochers, une grue, des camions, cette solution n'aurait pas été plus longue mais je ne sais pas pourquoi ( ou si : une histoire de gros sous?) elle n'a pas été retenue.

Le travail qu'on a fait est superficiel, je ne sais pas si la plage qu'on a nettoyée est ouverte, mais je ne l'espère pas, imaginez un gamin qui passe son bras entre des rochers et qui ressort le bras noir !!!! Et le pétrole sur la peau c'est galère pour l'enlever, comme beaucoup d'autres j'en ai fait l'expérience.

Photos 1 et 2 : Une rigole est creusée à la base des rochers et un filtre est posé à l'intérieur, plus bas sur la plage, un trou avec un filtre aussi est creusé

 
 photo 1

 
photo 2

Photo 3 : les karchers pulvérisent le pétrole déposé sur les rochers et ce pétrole est recueilli dans le filtre pour s'écouler jusqu'au trou, quand ce trou est plein, un tracteur avec une tonne à eau vient le vider. Le filtre n'est pas 100% efficace et du pétrole a traversé pour se retrouver dans le sable, mais une grande partie du pétrole a été récupéré grâce à ce système.


photo 3

Photo 4 : un karcher en pleine action, juste avant le passage des karchers, un solvant (nocif à respirer ) est déposé sur les rochers pour dissoudre en partie le pétrole et faciliter leur travail, même à eau très chaude, tout n'a pas pu être enlevé.
La lance à impact, prêtée par les pompiers, intervient après le passage des karchers, pour enlever le pétrole qui n'a pas été évacué et qui se trouve sous les rochers, il faut être deux pour tenir cette lance, un pour viser, un pour tenir celui qui vise parce que la pression est forte et une seule personne c'est dangereux................ merci les pompiers, cette lance est très efficace  

 
photo4

 

Photo 5 : Les combinaisons ( je suis à gauche sur la photo, méconnaissable non !!!).

En jaune c'est la combinaison  des karchermen : Un ciré jaune imperméable ( c'est évident), des gants spéciaux pour ne pas se brûler avec l'eau très chaude, une paire de bottes tout ce qu'il y a de standard et un masque.
 En combinaison verte, tout les autres : alors d'abord une combinaison blanche (pour ne pas se salir, du blanc, malin non !!! ) ,  le ciré vert (le bas ou le haut ou les deux, comme chacun le voulait ) pour la pluie ou le froid, des gants de vaisselle  à remplacer tous les jours ( ainsi que la combinaison  blanche ), à 3 jours de la fin du chantier, plus de gants de vaiselles,  alors on a du prendre les gants des karchermen, ces gants 10 fois mieux que les autres sont à garder et à nettoyer, la casquette, les lunettes de soleil, le stick pour les lèvres et l'huile solaire.


photo5

 

 
Sitemap