Réalisation
du groupe scolaire Théophane Vénard
Nantes

JP Gallerand

Site SVT 44

 

Net d'or à l'école 2000

Navigation

Accueil
Plan du site
Rechercher dans le site
Nous écrire
Livre d'or
Forum

Nous

Nos récompenses
On parle
de notre site
On nous encourage
Nos partenaires
Nos invités
Objectifs du site

PRESTIGE

Informations
Photos et reportages
Environnement et politique
Vos réalisations
Vos informations
Infos presse
Vos commentaires
  Liens

ERIKA

Le procès
Infos scientifiques
Réponses aux questions
Le traitement des déchets (Total)
Infos IFREMER
Interviews
Enquêtes
Photos (+ 300)
Notre chanson 
Nos dessins
Nos poèmes
Nos jeux
Liens
Le petit vénard
Rions noir
Vos témoignages
Vos productions
Aidez les associations

Autres pollutions

Macrodéchets sur les plages
Macrodéchets en mer
Nous sommes tous des pollueurs
Autres pollutions
AMOCO CADIZ
IEVOLISUN

Les autres projets "environnement" du collège


Écrire à 
JP GALLERAND coordinateur du projet
 et  webmaster

Mentions légales

 

 

L'ERIKA : RÉTROSPECTIVE

Revue de Presse 

 

 

 

Pavillons de complaisance et navigation maritime.

 

Les pavillons de complaisance ont été inventés par les trafiquants américains qui contournaient les lois fédérales sur la prohibition des alcools et par des avocats new-yorkais qui dès 1948 ont voulu libéraliser le transport mirifique du pétrole et échappé aux contraintes des syndicats de marins américains.

En 1987, Jacques Chirac, alors 1er Ministre crée le « registre bis » des Kerguelen. Il permet de naviguer aux couleurs françaises sans appliquer le code du travail maritime français en employant des marins étrangers.

Pavillons de complaisance = déficit de normes sociales

Navire-poubelle = déficit de normes techniques

Depuis la crise pétrolière, les groupes ne possèdent plus les champs d’exploitations ni les moyens de transports. Gestion suivant la spéculation, une cargaison peut changer de propriétaire plusieurs fois en cours de voyage.

Suite au naufrage de l’Exxon Valdez en Alaska, la compagnie Exxon a payé 10 milliards de francs. La facture finale pourrait s’élever à 25 GF

1965 : 15 % de la flotte mondiale sous pavillon de complaisance.

2000  :35 %

Sur le rail d’Ouessant, exemple du 24/12/99 au 10/01 :

  • 2489 navires

  • 690 transportant des marchandises dangereuses

  • 30 navires ont fait l’objet d’un suivi particulier de la part des autorités maritimes.

  • 29 ont déclaré des avaries.

  • 5 déroutés sur Brest pour équipements défectueux.

  •  7 interventions de l’Abeille Flandre.

 

Pavillon de complaisance : 

  • 25 % du tonnage mondial en 1974.

  • 50 % du tonnage mondial en 2000.

Mise en parallèle évidente entre le développement de la flotte de complaisance et la hausse des accidents en mer.

72 % des pertes effectuées par la complaisance.

Parcours de L’Erika :

7 noms, 5 pavillons différents et 9 « ship managers »

Fabriqué à Kasado au Japon en 1975. Nom : Shinseï Maru. Armateur de Kobé.

6 mois après : Glory Océan. Propriétaire : Glory Océan Transport S.A.  pavillon Panama

1977 : Intermar Prosperity . Pavillon du Libéria. Propriété de Berwick Shipping LTD. Géré par les New-yorkais d’Intermarine.

1984 : South Energy, armateur : South Energy Shipping Compagny. Opérateur : Walleen Ship management, société norvégienne basée à Hong Kong.

1985 : Rachat par Jahre, armateur norvégien. Toujours pavillon Libérien.

1990 : Immatriculé à Malte. Propriétaire : Desert Shipping Compagny, renommé le Prime Nobel. Opérateur : Shapha Maritimer Enterprise.

1994 : Achat par Tevere Shipping Compagny. Devient le Nobless puis l’Erika.

Ce bateau a également changé de société de classification à fur et à mesure de son vieillissement. La dernière en date est la société italienne Rina.

1er constat sur l'état de l'Erika: une des citerne du pétrolier était dévoré par la corrosion. Corrosion interne très importante et probablement un défaut de structure. Corrosion des cloisons séparant les ballasts des citernes de chargement.

La Tevere Shipping de Malte est une coquille vide qui dissimulerait deux armateurs napolitains, Vitiello et Savarese, agissant à travers une société grecque, la Drytank dirigé par George Economou au Pirée. Navire affrété par une société helvetico-panaméenne Selmont/Amarship, les ordres étant donnés depuis Lugano. Total Fina, via sa filiale des Bermudes, a sous-affrété le navire.

Les product-tankers du type Erika, anciens et abîmés, sont utilisés pour le transport des fiouls et des goudrons, les plus polluants, mais les moins exigeants en matière de qualité de citernes. Produits les + dangereux transportés par les navires les - sûrs.

  

Impact marée noire et nettoyage.

 

Le coût au 4/02/00 :

  • pêche et conchyliculture : 300 millions

  • nettoyage des côtes : 200 millions

  • matériels : 40 millions

  • nettoyage : 100 millions

Comparaison tempête : 2 100 millions

1 000 tonnes de coquillages d'élevages interdit de ventes ( - de 0,5 % de la production annuelle).

Selon le comité national de conchyliculture, seul 300 ha sont touchés sur une surface totale de production de 20 000 ha.

L'agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) publie les seuils de consommation pour les coquillages au niveau hydrocarbure.

Les coquillages sont plus exposés que les poissons car ils absorbent, accumulent mais ne dégradent pas les hydrocarbures aromatiques polycycliques.

Chantiers de nettoyage : env. 1500 pers/j sur le littoral de Loire Atlantique. Au 4/02, 1000 tonnes de produit/j.

Total  assurera le coût des opérations  de remise en état et de dépollutions des sites de stockages intermédiaires.

Les études de la DDASS ont montré :

  • Que les personnes ayant participé au nettoyage de façon ponctuelle ou intensive présentent une contamination aux hydrocarbures dans les seuils observés dans la population.

  • L’air sur les plages polluées – idem – Pas de présence d’hydrocarbures volatiles.

  • Le produit transporté par l’Erika est bien du fioul lourd (utilisé pour la combustion industrielle dans les centrales thermiques et comme fioul de propulsion dans les chaudières de bateaux.)

  • Comme tous produits pétroliers, il contient des hydrocarbures aromatiques, irritants pour la peau et certains cancérigènes : d’où protections.

 

Observatoire associatif de la marée noire. But : «Évaluation et suivi de l’impact environnemental de la marée noire et de la restauration des milieux littoraux. »

Espèces d’oiseaux touchés : Guillemot de Troïl, macareux moine et pingouin Torda (oiseaux marins le plus rare de France). 3 espèces menacées d’extinction

 

Impact sur le tourisme littoral

Retard de 10 à 20 % dans les réservations. 30 millions de visiteurs par an en Bretagne, Poitou Charentes et pays de la Loire, générant 70 milliards de francs de chiffre d’affaire

Michel Demessine, secrétaire d’Etat au tourisme, lance une campagne de com. de 100 millions de francs sur 2 ans. Total en payera 30.

Dominique Voynet: "Le nettoyage se fasse, dans le respect des équilibres écologiques. Aucun chantier ne doit être ouvert sans l'aval du préfet et sans un état des lieux écologiques dressé par un expert indépendant désigné par notre administration".

2 commissaires européens ont confirmé l'octroi d'aides aux professionnels de la pêche et évoqué la création d'une force européenne de protection civile. L'Europe financera des études sur l'impact environnemental de la catastrophe et aidera à compenser les pertes d'exploitations des pêcheurs.

Les équipes Total nettoient sur des sites difficiles : îles du Morbihan, plages rocheuses de Loire Atlantique, baie de Bourgneuf.

Au 23/02, 30 sites intermédiaires, 127 000 tonnes de déchets stockés. 3 sites de stockages lourds, 2 à Donges et 1 à Paimboeuf. Capacité totale: 121 500 tonnes.

200 millions de francs pour traiter ces déchets. 2 ans de boulot (150 000 tonnes).

Le Conseil Général (président : Luc Dejoie) a voté une aide de 14 million de francs pour les communes et les professionnels victimes de la marée noire. Au total c'est une enveloppe de 44,60 million de Frcs qui est prévu

 

Pompage du fuel.

Total Fina : 4ème groupe pétrolier mondial.

Au 22/01, les opérations de colmatages sont terminées ou presque. Le robot Triton a appliqué sur les fissures des plaques d’acier, des couches de néoprène et du gravier.

Récupération du pétrole dans l’Erika : 400 millions de francs env.

Les effectifs de contrôleurs dans les ports vont être doublés dans les 2 années qui viennent (selon Ministère des Transports).

Le robot « Abyssub » : 10 millions de francs. Exploration de l’épave et tentative de colmatage 200 000 francs /j

Total Fina a convenu que sa société assumera la responsabilité et les coûts du pompage, l'Etat exerçant sa mission de contrôle afin de minorer les risques.

Pierre Guyonnet, directeur de la Mission Littoral Atlantique de Total Fina. Fin février, lancement d'un appel d'offres sur le pompage des 2 épaves avec l'objectif d'en finir en septembre. Reste à pomper 1200 à 1500 tonnes dans l'Erika.

 
Sitemap